Portrait : Ludovic, designer graphique et utilisateur WebAcappella

La team vous fait découvrir aujourd’hui le portrait de Ludovic Laurent, designer graphique et numérique indépendant qui utilise WebAcappella
de manière régulière dans son activité professionnelle.

TEAM WA : Présentez-nous votre entreprise. Quelle est votre activité ?

Ludovic : Je m’appelle Ludovic LAURENT, j’ai 34 ans et je suis designer graphique et numérique de formation. Je pratique la direction artistique et le design graphique (sur le papier, à l’écran comme dans l’espace) depuis plus de 10 ans et j’enseigne, depuis 5 ans, le graphisme et les différentes techniques utilisées dans ces domaines. Mon approche du design se veut pragmatique, raisonnée, multi-disciplinaire et transversale. Je travaille sur différents types de projets et pour des clients divers et variés dans différents domaines (architecture, design, mode, industrie, culture…) 

TEAM WA : Depuis combien de temps êtes-vous présent sur Internet et qu’est-ce qu’Internet vous a apporté à votre activité ?

Ludovic : Je travaille pour et avec internet. J’ai commencé à travailler en 2000, à l’époque des premières startup, dans une des plus grosses agences web parisiennes (Chewing-Com), mais mes premiers sites internet remontaient à 1998. Je peux donc dire que j’ai connu des sites sous Netscape réalisés avec Notepad 😉 Au sein de cette agence, j’ai pu travailler avec des outils comme Dreamweaver et Flash (version 3 à l’époque). Nous développions déjà un jeu social Pepsi Town et un système sous Flash permettant de jouer de la vidéo plein écran en streaming, nous étions en 2000. Autant dire que nous étions aux avant postes. Internet allait être plus qu’un simple support de communication, il allait radicalement transformer notre manière de travailler et de communiquer. Deux ans plus tard, je me suis lancé en indépendant et j’ai travaillé sur différents projets pour des clients très variés.

TEAM WA : Par quel biais avez-vous connu WebAcappella et quelles raisons vous ont poussé à le choisir ?

Ludovic : J’utilise WebAcappella® depuis plusieurs années, ayant même commencé sous Cariboost® (version précédente du logiciel) il y a maintenant à peu près 8 ans. J’ai découvert le logiciel sur le net, au hasard de mes recherches quotidiennes de veille technologique. J’ai tout de suite été séduit, en tant que graphiste, par le fait de retrouver l’aisance d’un look and feel de logiciel de mise en page tel qu’Indesign® ou QuarkXPress® avec sa notion de « bloc » via une interface WYSIWYG (What You See Is What You Get). M’épargnant, en grande partie, les étapes laborieuses d’intégration, de découpage et d’optimisation d’images et accessoirement, des centaines de lignes de code. C’est tout un métier, on ne peut être sur tous les fronts. Il me permet ainsi de mieux me concentrer sur l’ergonomie et le graphisme. Je peux dire qu’aujourd’hui WebAcappella à considérablement accéléré mon processus de travail pour la création de sites Internet, mais aussi comme outil de prototypage pour des applications smartphone, ou pour la conception d’interfaces interactives (bornes d’expositions, applications in-situ, audio guide etc.) ou encore dernièrement pour la réalisation d’un magazine pour iPad.

TEAM WA : Quels sont pour vous les atouts principaux de WebAcappella ? Comment résumeriez-vous WebAcappella en quelques mots ?

Ludovic : C’est d’abord un logiciel français avec de vrais gens derrière. En ces temps où les logiciels sont victimes d’un dictat d’une poignée d’éditeurs… Le fait que les mises à jour soient régulières et gratuites est important, même si le logiciel reste payant (et c’est normal car il y a auteur à rémunérer derrière tout support). La prise en main est immédiate. Je l’observe avec mes clients, une fois le site livré, ils comprennent très vite la plupart des fonctionnalités du logiciel. Mais je persiste à croire que WebAcappella n’est pas seulement un logiciel grand public, il souffre un peu de cette image à mes yeux. Je le vois quand j’en parle autour de moi dans mon milieu professionnel. Et pourtant, il suffit de voir techniquement ce que l’on peut faire avec et surtout y ajouter comme scripts et autres codes Html. La version e-commerce marque une grande étape, même si pour moi peu de mes clients se lancent dans le commerce en ligne. Et en un mot, quand je fais une démo à un collègue, un élève ou un client, on me dit « Wouah ! ».

TEAM WA : Est-ce que vous recommanderiez WebAcappella à votre entourage ?

Ludovic : Je le recommande, depuis que j’en suis utilisateur, à mes clients comme à mes confrères d’ailleurs, voire même à certains développeurs web. WebAcappella a été peu ou rarement égalé, je pense notamment à iWeb®. Adobe Muse® pointe son nez mais je vois mal mes clients passer pour le moment sur les serveurs d’Adobe®. Pour ma part, je souhaite aller encore plus loin avec le logiciel. Ayant développé de nouveaux usages à l’aide de WebAcappella, j’ai décidé de lancer à la rentrée des outils complémentaires au logiciel. Un site verra le jour début 2014 et proposera de nombreux modules, scripts et outils, principalement dédiés aux designers, j’entends par là graphistes, web designer, professionnels comme étudiants. Cela ira du simple script pour gérer les approches et les interlignages typographiques en CSS, au template One Page Scroll avec un système d’ancres en JQuery, en passant par une web App iPhone®, ou encore une plateforme complète pour éditer, diffuser et vendre ses livres numériques via un kiosque, sur iPad® pour commencer, et ce entièrement sous WebAcappella, et qui plus est, gratuit. À très vite donc 😉

Nous remercions Ludovic Laurent d’avoir répondu à nos questions et d’avoir partagé avec les lecteurs du blog son expérience d’utilisation de WebAcappella en tant que designer graphique professionnel. Son travail est à découvrir sur : http://www.ludoviclaurent.com/

Nous ne connaissons pas les surprises que Ludovic réserve aux utilisateurs de WebAcappella, mais sa grande expérience du design lié au web présage un bel avenir à son projet. Nous sommes impatients de le découvrir !

A bientôt pour un nouvel article sur le blog WebAcappella !